A l'Origine de ce Miel, une Alchimie étonnante:

 

Dans tous les cas, le sapin pectiné (Abies pectinata = Abies alba) constitue le premier maillon d’une chaîne alimentaire complexe où l’entomofaune sylvestre et en particulier un puceron, le lachnide vert (Buchneria pectina-tae), joue un rôle prépondérant dans le processus d’élaboration du miel de Sapin des Vosges.

Pour se nourrir, ce puceron plutôt solitaire, s’installe à la base d’une aiguille de la plante hôte et à l’aide de son rostre, aspire la sève élaborée de l’arbre.

Comme celle-ci est plus riche en sucres qu’en acides aminés (matières azotées), l’aphidien est obligé d’en ingurgiter une grande quantité.

Après filtration dans son tube digestif, l’excès est rejeté sur la végétation sous forme de gouttes de miellat.

Certaines années, les conditions climatiques sont favorables à la prolifération de ce puceron et par conséquent à la production abondante de miellat.

La forêt vosgienne distille alors «la rosée de miel», véritable manne sucrée, qui scintille en mille éclats sur la végétation des sous-bois.

C’est la période de la grande miellée et le moment des grandes transhumances qui attirent des milliers de ruches dans le massif et les forêts de sapins.

A partir de cette rosée, les abeilles élaborent l’incomparable «Miel de Sapin des Vosges», l’un des meilleurs miels de France mais aussi l’un des plus rares.

Il s’agit donc d’un miel de miellat et non, comme on le croit trop souvent, d’un miel de fleurs.

 

Le MIELLAT, la ROSÉE

du MIEL de SAPIN des VOSGES

 

©ORGANISME DE DÉFENSE ET DE GESTION DE L'APPELLATION D'ORIGINE PROTÉGÉE

"MIEL DE SAPIN DES VOSGES"

Suivez nos

actualités:

Mentions légales

Adhérents